grips.gif (1552 octets) Réf. GRIP DATA:

G1766

Date d'insertion:

10/06/99

Les Américains ont-ils la gâchette facile ?

par, Sophie Nolet, attaché de recherche au GRIP

Littleton, Atlanta, Los Angeles, Honolulu, Seattle… Après les « balles de l’école », les « balles du travail » : chaque année, une centaine d’employés ou de clients en sont les victimes. Ces fusillades sont devenues la première cause d’accidents du travail mortels. Et pourtant, elles sont quantité négligeable par rapport aux 34.000 décès par balle recensés chaque année aux Etats-Unis.

Il faut savoir que détenir une arme à feu chez soi triple le risque d’homicide au domicile, multiplie par 5 le risque de suicide, et par 43 le risque de tuer un proche plutôt qu’un agresseur ; que plus d’un tiers des 235 millions d’armes détenues par les particuliers sont conservées chargées et déverrouillées ; que l’on compte dix fois plus d’armuriers agréés aux USA que de McDonald’s : 142.000 contre à peine 12.000…

Huit parmi les plus grands producteurs d’armes de poing* ne fournissent actuellement aucun mécanisme de sécurité avec leurs nouvelles armes.

Ces chiffres, mille fois assenés, ne semblent plus affecter outre mesure une Amérique plongée dans la torpeur.

Moins de crimes, mais trop de folie meurtrière

Paradoxalement, la criminalité est en régression constante aux Etats-Unis depuis sept ans et le nombre d’homicides est le plus faible depuis 32 ans ; personne n’a cependant pu expliquer jusqu’à ce jour pourquoi, ici ou là, des adolescents ou des employés en crise se transforment subitement en tireurs fous.

Culture de violence ? Selon un sondage publié par l’hebdomadaire Newsweek, 78% des Américains estiment que les images violentes diffusées par le cinéma et la télévision sont un facteur important dans la récente épidémie de fusillades, et 88% pensent même que la couverture intensive des tueries par les journaux télévisés encourage leur prolifération. Même le président Clinton, en lançant un nouvel appel en faveur de l’adoption de mesures de contrôle des armes à feu, a déclaré : « N’oublions pas que 13 de nos enfants sont tués chaque jour. Et que nous y sommes presque insensibles. […] Je ne crois pas que nous réalisions que les Etats-Unis sont tout simplement plus violents que les autres pays. »

Aux Etats-Unis comme ailleurs, le débat bat son plein sur la politique appliquée en matière de détention d’armes. Devrait-on édicter des réglementations plus strictes ? Bannir les armes à feu ? Ou poursuivre les producteurs d’armes en justice jusqu’à les asphyxier sous le poids des amendes ? Concernant les armes déjà en circulation, de meilleures conditions de stockage et de sécurité seraient certainement salutaires. 75% des Américains se prononcent en faveur de mesures de contrôle des armements. Combien de temps encore la NRA (National Rifle Association) dictera-t-elle la politique du Congrès ?

 



G
roupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité
70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles
Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33
Internet : www.grip.org - Courriel : admi@grip.org 

Copyright © GRIP - Bruxelles/Brussels, 2003 -  Webmaster

La reproduction des informations contenues sur ce site est autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source et du nom de l'auteur.

Reproduction of information from this site is authorised, except for commercial purposes, provided the source  and the name of the author are acknowledged.