grips.gif (1552 octets) Réf. GRIP DATA:

G1709

Date d'insertion:

06/12/99

IANSA - RAIAL
A
rmes légères, un nouveau défi pour les ONG

par, Caroline Pailhe, chargée de recherche au GRIP

Forte du succès de la campagne pour l’interdiction des mines antipersonnel qui a abouti à la signature de la Convention d’Ottawa en décembre 1997, la communauté des ONG, depuis longtemps sensible au problème des armes légères dans le cadre de la protection des droits de l’homme et de l’aide humanitaire, entame de manière décisive une action internationale concertée face à cette prolifération.

Depuis fin 1997, de nombreuses réunions régionales et internationales se sont tenues en vue d’arrêter une stratégie commune de campagne. Le 14 octobre 1998, à Bruxelles, une rencontre internationale organisée par Amnesty International, BASIC, le GRIP, International Alert, Oxfam, Pax Christi et Saferworld et réunissant 200 ONG du monde entier, jetait les bases de cette campagne, officiellement lancée le 11 mai 1999 lors de l’Appel de La Haye pour la Paix.

iansa.gif (3985 octets)Au sein de cet International Action Network on Small Arms (IANSA), les organisations belges ne restent pas inactives. Depuis quelques mois, diverses réunions ont abouti à la création du Réseau d’Action International sur les Armes Légères/Belgique francophone (RAIAL-BF) [1] qui agit en coordination avec le Vlaams Netwerk Lichte Wapens [2]. Dans l’objectif global de réduire au maximum l’utilisation et la prolifération des armes légères, la plate-forme francophone tentera plus particulièrement d'encourager le gouvernement belge à renforcer les contrôles sur les exportations d’armes, à lutter contre les trafics (notamment par l’adoption d’un système de marquage et de traçage) et à participer activement aux efforts régionaux et internationaux en vue de mieux maîtriser la prolifération.

La mobilisation -nationale et internationale- de la société civile dans ce domaine est bienvenue car les actions gouvernementales risquent de rester fragmentaires. Les initiatives officielles encourageantes prises jusqu’ici pour restreindre le trafic illicite dans le cadre de la lutte contre la criminalité, le grand banditisme et le trafic de drogue doivent nécessairement être complétées par des restrictions portant sur le trafic licite des armements qui donne lieu à un usage illicite (en violation du droit humanitaire). Or, les Etats sont réticents à ce genre de contrôle qui handicape leur politique étrangère et leur coûte des emplois sur un marché mondial de plus en plus compétitif. La route sera donc longue car, contrairement à la campagne contre les mines antipersonnel, les objectifs actuels sont nécessairement plus nuancés [3] et autrement plus ardus à atteindre.

Au sein même de la campagne, considérée comme « une étape indispensable pour s'attaquer au plus grand défi humanitaire du siècle prochain » [4], le défi majeur résidera dans le maintien d’un équilibre entre les actions portant sur la limitation de l’offre (au sein des Etats producteurs du Nord) et celles visant à la réduction de la demande (au sein des Etats du Sud).

 

notes

[1] Composé (au 02/09/99) de Amnesty International (Belgique francophone), CNAPD, Conseil des femmes francophones de Belgique, CNCD, Croix-Rouge de Belgique, Commission Justice et Paix, Entraide et Fraternité/Vivre Ensemble, Femmes pour la paix, GRIP, Handicap International, Ligue des droits de l’homme, MCP, MSF, MIR/IRG, MOC, Oxfam-Solidarité, Pax Christi Wallonie-Bruxelles.

[2] Le réseau flamand sur les armes légères, composé (au 02/09/99) de Pax Christi Vlaanderen, Vrede et Amnesty International (Vlaanderen).

[3] Une interdiction pure et simple des armes légères est en effet irréaliste : la détention légale d’armes à feu par les particuliers est prévue par de nombreuses constitutions nationales et le droit des Etats à se défendre en cas d’agression est inscrit dans la Charte des Nations unies.

[4] Déclaration de Olara Otunnu, représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour les Enfants et les Conflits armés et orateur à la rencontre des ONG de Bruxelles.

 



G
roupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité
70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles
Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33
Internet : www.grip.org - Courriel : admi@grip.org 

Copyright © GRIP - Bruxelles/Brussels, 2003 -  Webmaster

La reproduction des informations contenues sur ce site est autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source et du nom de l'auteur.

Reproduction of information from this site is authorised, except for commercial purposes, provided the source  and the name of the author are acknowledged.