grips.gif (1552 octets) Réf. GRIP DATA:

G1681

Date d'insertion:

14/06/99

This document is also available in English

OTAN
Communiqué de Presse
M-NAC-2(98)143

8 déc. 1998

Déclaration sur le Kosovo

publiée à la réunion ministérielle du Conseil de l'Atlantique Nord
tenue au siège de l'OTAN

  1. Le but de l'OTAN est de contribuer aux efforts internationaux visant à mettre fin à la crise humanitaire au Kosovo, à faire cesser la violence qui y sévit, et à rendre possible un règlement politique durable. Les décisions prises par l'OTAN en octobre ont contribué de façon cruciale au retrait des forces de la République fédérale de Yougoslavie (RFY) du Kosovo et ont aidé à éviter un désastre humanitaire. L'état de préparation militaire renforcé de l'Alliance est maintenu.
  2. Nous restons profondément préoccupés par la situation au Kosovo dans le domaine de la sécurité. Depuis le début de novembre, de violents incidents, provoqués dans certains cas par les forces de sécurité serbes et dans d'autres par des éléments kosovars armés, ont accru la tension. Ils montrent que ni les autorités de Belgrade, ni les éléments kosovars armés ne se sont conformés pleinement aux exigences énoncées dans les Résolutions 1160, 1199 et 1203 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous appelons les éléments kosovars armés à mettre fin et à renoncer aux actes de provocation, et nous appelons les autorités de la RFY ainsi que les autorités serbes à réduire l'effectif de la police spéciale du Ministère de l'intérieur au Kosovo, à rendre sa présence moins visible et à s'abstenir de toute manoeuvre d'intimidation.
  3. Nous demandons instamment que les deux parties maintiennent scrupuleusement le cessez-le-feu et respectent pleinement les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous comptons également qu'elles facilitent les enquêtes menées sur les crimes de guerre par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPI). A cet égard, nous déplorons le refus de délivrer des visas aux enquêteurs du TPI. La persistance de la violence entre les forces de la RFY et de la Serbie et les éléments kosovars armés compromet les chances d'un règlement politique, dont on peut maintenant entrevoir la possibilité.
  4. Nous demeurons fermement convaincus que les problèmes du Kosovo ne peuvent être résolus que par un processus de dialogue ouvert et sans conditions entre les autorités de Belgrade et les représentants des dirigeants kosovars. C'est pourquoi nous invitons instamment toutes les parties à s'acheminer rapidement, dans un esprit de compromis et de conciliation, vers la conclusion du processus de négociation qu'elles poursuivent sous la conduite de l'Ambassadeur Hill. Nous réaffirmons que nous sommes favorables à une solution politique qui prévoie un statut renforcé pour le Kosovo, une autonomie sensiblement accrue et une véritable autonomie administrative, et qui préserve l'intégrité territoriale de la RFY et sauvegarde les droits de l'homme ainsi que les droits civiques de tous les habitants du Kosovo, quelle que soit leur origine ethnique. Nous considérons que la stabilité au Kosovo est liée à la démocratisation de la RFY et nous soutenons ceux qui sont réellement engagés dans ce processus. A cet égard, nous condamnons les mesures de répression prises récemment par le président Milosevic à l'encontre des médias indépendants et du pluralisme politique en Serbie. Nous accueillons avec satisfaction les mesures prises par le gouvernement du Monténégro pour protéger les médias indépendants, promouvoir les réformes démocratiques et assurer le respect des droits de tous ses citoyens.
  5. Nous maintiendrons la mission de vérification aérienne de l'Alliance, l'opération "Eagle Eye", conformément à l'accord entre la RFY et l'OTAN, et ferons périodiquement connaître au Secrétaire général des Nations Unies le point de vue de l'OTAN sur le respect des exigences fixées.
  6. Nous entendons coopérer pleinement avec la mission de vérification au Kosovo (MVK) de l'OSCE. La sécurité et la sûreté des vérificateurs de l'OSCE sont pour nous de la plus haute importance. Nous appelons le gouvernement de la RFY à assumer ses responsabilités à cet égard, telles qu'elles sont énoncées dans les Résolutions 1199 et 1203 du Conseil de sécurité des Nations Unies, de même que dans l'accord OSCE-RFY du 16 octobre. Nous attendons des autorités de la RFY et des autorités serbes, ainsi que des communautés kosovars, qu'elles coopèrent pleinement avec la MVK de l'OSCE, en particulier en respectant sa liberté de mouvement et son droit d'accès, et en veillant à ce que son personnel ne soit pas menacé de l'usage de la force, qu'il ne soit pas usé de la force à son endroit et qu'il ne soit en aucune façon fait obstacle à ses activités. Nous attendons également des autorités de la RFY et des autorités serbes qu'elles continuent d'assurer un accès sans entrave aux organisations de secours internationales, y compris en délivrant les visas nécessaires.
  7. Le Conseil de l'Atlantique Nord a autorisé l'émission d'un ordre d'activation (ACTORD) pour une force d'extraction dirigée par l'OTAN, "Joint Guarantor". Nous déploierons rapidement les éléments permanents de cette force dans l'ex-République yougoslave de Macédoine (1) pour permettre le retrait du personnel de la MVK de l'OSCE en cas d'urgence. Nous sommes très reconnaissants envers les autorités de l'ex-République yougoslave de Macédoine pour la coopération et le soutien qu'elles nous ont apportés en fournissant des installations pour le stationnement des forces de l'OTAN.
  8. Nous nous félicitons que les pays partenaires aient montré leur volonté de s'associer à l'OTAN afin de contribuer à résoudre la crise du Kosovo, soit en participant à la mission de vérification aérienne dirigée par l'OTAN, soit en permettant d'utiliser leur espace aérien ou en offrant d'autres facilités à l'appui des efforts déployés par l'OTAN. Nous continuerons de tenir d'étroites consultations avec tous les pays partenaires au sujet des actions de l'Alliance concernant la crise du Kosovo.

    Notes

    1. La Turquie reconnaît la République de Macédoine sous son nom constitutionnel.

     

 



G
roupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité
70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles
Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33
Internet : www.grip.org - Courriel : admi@grip.org 

Copyright © GRIP - Bruxelles/Brussels, 2003 -  Webmaster

La reproduction des informations contenues sur ce site est autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source et du nom de l'auteur.

Reproduction of information from this site is authorised, except for commercial purposes, provided the source  and the name of the author are acknowledged.