grips.gif (1552 octets) Réf. GRIP DATA:

G1549

Date d'insertion:

27/06/97

 

Le coût de la guerre en ex-Yougoslavie

par Sevdi ZYMBERAJ, Attachée de recherche au GRIP

 

La politique de “nettoyage ethnique” menée par les Serbes et, en partie par les Croates, a bouleversé la carte ethnique de l'ancienne Yougoslavie. Des populations entières ont été chassées de territoires où elles étaient majoritaires, comme les Musulmans en Bosnie orientale, les Croates sur la rive bosniaque de la Save ou les Serbes de Krajina.


Les victimes civiles et militaires du conflit

Sur les 24 millions d'habitants de l'ex-Yougoslavie, 4,5 millions ont été touchés par le conflit : presque un habitant sur cinq. Un million de personnes sont dispersées dans le monde, 2 millions sont déplacées à l'intérieur de l'ex-Yougoslavie. Selon les dernières statistiques du Haut Commissariat pour les réfugiés des Nations unies, portant sur l'ensemble du territoire de l'ex-Yougoslavie, un peu plus de 10% à peine des quelque deux millions de personnes déplacées ont regagné leur foyer d'origine en 1996.

En décembre 1995, la Bosnie est sortie de quatre années de guerre avec un terrible bilan : 250.000 morts, 200.000 blessés. Sur une population de 4,2 millions d'habitants avant le conflit , ECHO (office humanitaire de la Communauté européenne) estime à un million le nombre de personnes déplacées dont 200.000 seulement ont regagné leur foyer d'origine, tandis que le nombre de réfugiés est évalué à un million dont 550.000 sont actuellement dans les pays membres de l'UE et parmi ceux-ci 330.000 se trouvent en Allemagne. Ce pays accueille également quelque 150.000 réfugiés du Kosovo dont la population totale recensée en 1991 était de 1,9 millions d'habitants.

Les Casques bleus ont payé un lourd tribut de la guerre dans l'ex-Yougoslavie depuis leur déploiement, début 1992, en Croatie, puis en Bosnie : au 30 avril 1996, on dénombre 234 pertes en vies humaines dont 217 militaires et 17 observateurs militaires, policiers civils et agents locaux...


Aide humanitaire

ECHO a attribué 1,185 milliard d'écus (environ 1,5 milliard de dollars) à l'ex-Yougoslavie sous forme d'aide humanitaire depuis le début du conflit en 1991 jusque fin 1995. ECHO a accordé en 1996 l'équivalent de 182 millions d'écus et prévoit un budget de 98 millions d'écus pour 1997 en faveur de l'ex-Yougoslavie, la contribution totale pour la période 1991-1997 se trouvant ainsi portée à 1,465 millions d'écus (soit 1,904 milliard de dollars).

En septembre 1996, le ministre fédéral Manfred Kanther a déclaré que l'Allemagne est , de tous les pays d'Europe occidentale, celui qui a accueilli le plus de réfugiés et fourni le plus gros effort financier: 15 milliards de deutschemarks au total , c'est-à-dire 10 milliards de dollars , soit 60% des 17 milliards de dollars, somme qui représente la totalité des coûts à l'échelle européenne,dont 2 milliards de dollars sont accordés par ECHO et la DG1A, tandis que les autres pays membres de l'UE ont fourni environ 5 milliards de dollars.

Depuis 1991, les Etats-Unis ont fourni près d'un milliard de dollars en aide humanitaire à l'ex-Yougoslavie.


Les dépenses militaires internationales

- En 1995, les missions des Nations unies (FORPRONU) dans les Balkans coûtaient cinq millions de dollars par jour soit 1,8 milliard de dollars pour l' année (pour 39.789 hommes). Initialement FORPRONU est le terme utilisé pour les missions des Nations unies en Croatie, son mandat a été élargi par la suite à la Bosnie-Herzégovine et à l'ex-République yougoslave de Macédoine. A partir de mars 1995, le terme FORPRONU est réservé à la mission opérant en Bosnie-Herzégovine, ONURC désigne la mission opérant en Croatie et FORDEPRENU celle dont le mandat est limité à l'ex-République yougoslave de Macédoine. Le quartier général commun de ces trois forces de paix des Nations unies ou QG-FPNU a été établi dans la capitale Croate, à Zagreb. Le coût de ces missions allant du 12 janvier 1992 au 31 mars 1996 est de 4,6 milliards de dollars. Le coût de la mission FORDEPRENU dans l'ex-République yougoslave de Macédoine pour la période allant du 1er janvier 1996 au 30 juin 1996 est de 24,6 millions de dollars. Le coût estimatif pour la mission en cours en Bosnie-Herzégovine (MINUBH) est de 201,6 millions de dollars pour la période allant du 1er janvier 1996 au 30 juin 1997, tandis que le coût de la mission ATNUSO en Slavonie orientale, en Baranja et dans le Stern occidental pour la période allant du 1er janvier 1996 au 30 juin 1997 est de 383,5 millions de dollars. Le coût total des missions des Nations unies, entre 1992 et 1997, est de 5,2 milliards de dollars.

- L'opération “effort concerté” / IFOR, qui relève elle de l'OTAN, est évaluée à quelque 6 milliards de dollars pour la seule année 1996.  L'OTAN a déployé 60.000 hommes dont 40.000 combattants.

- La Fédération Croato-musulmane a reçu, en juin 1996, des hélicoptères, des blindés, des armes anti-chars, des mitrailleuses et des munitions américains pour une valeur de près de 108 millions de dollars. Cette opération s'est inscrite dans le cadre du programme américain d'assistance militaire massive aux forces de la Fédération bosniaque.


Le coût de la reconstruction de la Bosnie-Herzégovine

La production industrielle de la Bosnie est tombée à la fin de la guerre à dix pour cent de ce qu'elle était avant-guerre.Environ 35 pour cent des routes bosniaques, 40 pour cent des ponts et plus de la moitié des écoles primaires ont été détruits ou endommagés. Quelque 75 pour cent de la population de la Fédération est au chômage et 80 pour cent de la population bosniaque a besoin d'aide humanitaire.

Les besoins ont été évalués par la Banque mondiale et les experts de la Commission européenne à 5,1 milliards de dollars jusqu'en 1999 dont 1,8 milliard pour l'année 1996. Cette aide doit être répartie entre les Serbes de Bosnie (un tiers, soit 1,4 milliard) et la Fédération croato-musulmane (deux tiers, soit 3,7 milliards). La mauvaise application des accords de Dayton par la Republika Srpska (entité serbe de Bosnie) ne lui a permis de recueillir que 2% des sommes engagées.

La DG1A a accordé 229 millions d'écus ( 297,7 millions de dollars) à la Bosnie-Herzégovine en 1996, et prévoit un budget de 206 millions d'écus (267,8 millions de dollars) pour 1997.

La première conférence sur la reconstruction de la Bosnie-Herzégovine qui s'était tenue à Bruxelles, les 21 et 22 décembre 1995, avait permis de réunir 600 millions de dollars seulement.Par contre, lors de la deuxième conférence qui s'est déroulée les 12 et 13 avril 1996 à Bruxelles, les pays donateurs ont ajouté à la somme précédente 1,23 milliard de dollars, ce qui totalise un montant de 1,83 milliard de dollars pour la seule année 1996. Les représentants d'une cinquantaine d'Etats et d'organisations internationales se sont réunis les 9 et 10 janvier 1997 à Bruxelles pour étudier la poursuite du programme d'aide à la reconstruction de la Bosnie et préparer une nouvelle conférence des donateurs qui aura lieu en avril 1997. La Banque mondiale a évalué les montants nécessaires pour la Bosnie en 1997 à 1,1 milliard d'écus (1,43 milliard de dollars).


Le coût pour la Communauté internationale

Au total, on peut estimer que le coût de la guerre et de la reconstruction dans l'ex-Yougoslavie coûtera à la Communauté internationale la somme d'environ 34 milliards de dollars dont plus des deux tiers sont à la charge de la Communauté européenne. Par comparaison, signalons que le PNB de l'ensemble de la Yougoslavie en 1990, juste avant le conflit, était d'un peu plus de 70 milliards de dollars selon les chiffres de la Banque mondiale; tandis que le budget général de la Communauté européenne en 1991 était de 55,6 milliards d'écus(72,28 milliards de dollars).

Au cours de la réunion du Conseil atlantique à Bruxelles, le 28 septembre 1989, l'ambassadeur italien, M. Fulzi, explique à la presse qu'il faut "aider la Yougoslavie pour éviter l'éclatement de la Fédération des Slaves du Sud". L'Italie a appuyé la demande de Belgrade aux Etats-Unis d'une aide d'un milliard de dollars. En 1990, la dette extérieure de la Yougoslavie avait retrouvé son niveau des années 1980 qui était de 20 milliards de dollars.



Sources:

- Warreport, Bosnia : partition, and beyond, Bulletin of the institute for war & peace reporting, november-december 1995, n°38.

- Le Soir: 4/11/93, 5/4/94, 13/4/94, 24/8/94, 11/1/95, 12/9/95, 4/11/95, 23/11/95, 29/11/95, 11/12/95, 12/4/96, 14/4/96, 11/7/96, 14/7/96, 17/7/96

- Le Monde: 8/2/94, novembre 95, 13/1/97

- La Libre Belgique: 12/4/96

- IHT: 4/4/94

- SAMARY, Cathrine, Triomphe du Libéralisme "réellement existant", Le Monde Diplomatique, juillet 1991

- Eurostat, L'Europe en chiffres, Luxembourg, 1992

- United Nations Facsimile System, janvier 1995.

- SIPRI Yearbook, 1994.

- CRS Report for Congress, Bosnia Peace Accord and NATO Implementation Force : Questions and Answers, February 29, 1996.

- Office humanitaire de la communauté européenne (ECHO), rapport annuel 1995.

- Nouvelles Atlantiques, n° 2864, 13 novembre 1996.

- Nations unies, DPI/1827, décembre 1996

- European Voice, 13 février 1997

 


Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité
70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles
Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33
Internet : www.grip.org - Courriel : admi@grip.org 

Copyright © GRIP - Bruxelles/Brussels, 1997-2002 -  Webmaster

La reproduction des informations contenues sur ce site est autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source et du nom de l'auteur.

Reproduction of information from this site is authorised, except for commercial purposes, provided the source  and the name of the author are acknowledged.