Note d'Analyse

Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité
70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles
Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33
Internet : www.grip.org - Courriel : admi@grip.org 

URL : http://www.grip.org/bdg/g1076.html
Date d'insertion : 04/04/2007

griplogo75 (1552 octets)


 

Protection des populations et opérations robustes en République Démocratique du Congo.

Mais que fait la MONUC ?

 

 

Par Xavier Zeebroek, chargé de recherche au GRIP

 

4 avril 2007

 

 

Résumé

  • Depuis deux ans, une doctrine du recours limité à la force s'est mise en place au sein de la MONUC.

  •  

  • Elle a permis d'augmenter la pression sur les chefs de guerre dans l'Est du pays et de les contraindre à négocier.

  •  

  • Cette doctrine n'a pas pu fonctionner lors des derniers événements de Kinshasa.

  •  

  • Chez beaucoup d'observateurs, l'image de la MONUC, détestable il y a trois ans à peine, s'est fortement appréciée. Toutefois, certaines critiques persistent.

  •  

  • Attendue pour le 15 avril, la prochaine résolution du Conseil de Sécurité prolongeant le mandat de la MONUC redéfinira ses missions et ses effectifs. Elle suscite déjà des prises de position de différents groupes de pression.

  •  

 

 

      A l’heure où l’attention internationale est fixée sur l’Iraq, l’Afghanistan ou le Darfour, la R.D. Congo vient encore de connaître un de ces soubresauts sanglants dont elle a le secret. En quelques jours de combats entre la Garde présidentielle et les forces de Jean-Pierre Bemba, c’est par centaines qu’on compte les morts et les blessés dans Kinshasa terrorisée. Puis les armes se sont tues et la vie a repris son cours. « Mais que fait la MONUC ? », se sont étonnés de nombreux Congolais mais aussi beaucoup d’expatriés. On possède aujourd’hui de nombreux éléments pour répondre sereinement à cette délicate question.



La doyenne se porte mieux

 

      Lancée en août 1999, la Mission de l’Organisation des Nations unies au Congo est désormais la doyenne des opérations de maintien de la paix en Afrique sub-saharienne. En sept ans d’existence, la MONUC est passée d’une minuscule mission d’observation - 90 militaires chargés de surveiller le cessez-le-feu - au plus grand déploiement de casques bleus existant aujourd’hui sur la planète. Elle est aussi passée par toutes les affres auxquelles le maintien de la paix doit faire face lorsqu’il opère dans un environnement non entièrement pacifié. Et sa réputation auprès de la population congolaise en a longtemps souffert.

 


Montée en puissance de la MONUC de 1999 à 2006

en regard des événements violents auxquels elle a été confrontée

 

 

 

 

      Le graphique ci-dessus met en parallèle quelques événements majeurs qui ont marqué l’histoire de la RDC depuis 1999 et l’augmentation régulière des effectifs de la MONUC. Lors de la plupart de ces événements, la MONUC a fait l’objet d’amères critiques sur l’insuffisance de son déploiement (combats à Kisangani en mai 2000 ou en Ituri en mai 2003) ou sur son inaction (prise de Bukavu en juin 2004). Ces épisodes sanglants ont d’ailleurs généralement été suivis par un renforcement du mandat des casques bleus et une augmentation de leurs effectifs. Seuls les récents événements de Saké (voir plus loin) semblent indiquer une rupture dans cet engrenage.

 

      En fait, au cours des deux dernières années, nous avons assisté à un renversement de tendance tout à fait remarquable. Aujourd’hui, la MONUC est unanimement célébrée pour son appui décisif au long processus électoral congolais et son dynamisme en matière de respect des droits de l’homme en RDC. Plus discrètement, beaucoup d’observateurs ont pris note avec satisfaction de ses opérations militaires robustes qui, parfois, ont été couronnées de succès.



Un nouveau concept opérationnel

 

      Comme souvent, tout est parti d’un traumatisme profond subi par les casques bleus et l’ensemble de la mission en mai-juin 2004 lorsque le général Nkunda[1] et le colonel Mutebutsi, deux leaders de la communauté tutsi de RDC, prirent la ville de Bukavu pendant plus d’une semaine et soumirent la population aux pires exactions sans que les casques bleus ne sortent de leurs casernes. Un scandale pour les Congolais comme pour la communauté internationale et un traumatisme politique dont beaucoup de responsables de la MONUC se souviennent encore[2].

 

      Suite à l’envoi d’une commission d’enquête sur les évènements, des changements importants sont intervenus rapidement. Tout d’abord, le Conseil de sécurité adopta le 1er octobre 2004 la résolution 1565 [3] qui redéfinit, en les renforçant, le mandat et les missions de la MONUC. Sur le terrain, plusieurs responsables militaires et civils de haut niveau furent remplacés. Le Représentant spécial de l’ONU, William Swing, resta en fonction et son pouvoir fut même renforcé grâce à l’intégration plus poussée de la mission, l’ensemble du système des Nations unies en RDC étant désormais placé sous son autorité.

 

      Mais c’est aussi au niveau des esprits que le changement s’est opéré et que le signal fut donné de trouver les moyens d’appliquer le chapitre VII[4] de la Charte des Nations unies dont la MONUC bénéficiait depuis plusieurs années déjà sans avoir eu le courage de passer à l’acte. C’est la signification qu’il faut attribuer au passage de la résolution 1565 : « [Le Conseil de Sécurité] autorise la MONUC à recourir à tous les moyens nécessaires, selon ses capacités et dans les zones où ses unités sont déployées pour mener à bien les tâches (qui lui sont attribuées) », parmi lesquelles la protection des civils.

 

      Dans ce contexte favorable, une véritable doctrine du recours limité à la force s’est petit à petit élaborée pour être mise en œuvre sur le terrain. Les plus hauts responsables militaires de la MONUC, qui se sont très récemment exprimés sur leur nouveau concept opérationnel, ne font pas mystère du fait que celui-ci a été rendu possible par une conjonction d’éléments découlant de la résolution 1565 :

                         

 

      Nantie de pareils atouts, la MONUC s’est effectivement lancée dans ce qu’on a pudiquement appelé des opérations « robustes », en fait des actions d’imposition de la paix lorsque le maintien de la paix s’avère insuffisant. Certains n’ont pas hésité à les qualifier d’actes de guerre mais ce serait faire peu de cas du cadre très contraignant dans lequel les responsables opérationnels sont amenés à mettre en œuvre ce nouveau concept. Plus prosaïquement, le général Patrick Cammaert, premier commandant de la division Est, confirme qu’il s’agit tout de même « d’opérations qu’on n’envisageait pas il y a quelques années » et qu’elles « ouvrent un nouveau chapitre dans les opérations de maintien de la paix »[5].

 

      Sans révéler le contenu précis des nouvelles règles d’engagement, il explique qu’une action offensive pourra être entreprise par exemple dans le cas où un ou des groupes armés « choisissent de ne pas désarmer et commettent régulièrement des actes de violence à l’encontre des civils au mépris de la paix, de la loi et de l’ordre »[6]. Toutefois, même dans ce cas, une action ne sera éventuellement entreprise que si trois circonstances précises sont réunies :

 

 

En outre, l’action préemptive ne pourra se dérouler que :

 

 

      Enfin, bien que cela soit souvent négligé par de nombreux observateurs, c’est à l’Etat congolais, à son armée et à sa police qu’incombe en priorité le devoir de protection de sa population. La MONUC peut l’aider dans cette tâche, en apportant un soutien logistique lors d’opérations conjointes par exemple, mais elle ne peut en aucun cas se substituer à lui, sauf si les forces de sécurité congolaises sont défaillantes.

 

                                                                                  

Des conséquences sur le terrain

 

      Aux yeux des profanes, toutes ces conditions ressemblent à autant de contraintes insurmontables qui affadissent, voire annulent toute capacité de réaction de la MONUC. Or, il n’en est rien, bien au contraire. Comparé aux règles qui prévalent encore dans beaucoup d’autres missions, il s’agit d’une avancée appréciable qui a permis à la MONUC de renverser la vapeur aussi bien en Ituri que dans le Nord Kivu. Car l’originalité de la nouvelle approche réside bien dans l’option offensive comme l’un des outils à disposition de la mission.

                                                                                                    

Depuis lors, deux types d’opérations robustes ont été menés à l’Est :

 

 

 

      Aussi clairs que soient les concepts, il reste une série d’ambigüités persistantes sur le rôle et le mandat de la MONUC tant au sein de la population congolaise que des ONG humanitaires ou de l’opinion publique qui suit les événements du Congo. A Saké par exemple, parmi la population qui a fui les combats comme au sein des humanitaires qui ont dû évacuer en catastrophe, c’est une certaine amertume qui l’emporte sur la satisfaction d’avoir évité le pire. « Pourquoi n’ont-ils pas écrasé les troupes de Nkunda alors qu’elles étaient à leur merci ? », demandent-ils avec insistance. Car pour beaucoup de Congolais et une bonne partie des expatriés, il faut au plus vite débarrasser le pays de cette nuisance si l’on veut reconstruire.

 

      Pour les soldats de la paix, il n’est pas question d’éliminer les opposants, ni de se battre pour une hypothétique victoire finale. Le choix de la communauté internationale est de négocier avec les rebelles – tous les rebelles – même ceux qui, comme Nkunda ou Peter Karim, ne respectent ni les accords de paix, ni leur propre parole. L’usage de la force ne se conçoit dès lors qu’au moment précis où ils représentent un danger physique immédiat envers les civils, les humanitaires ou les agents de l’ONU. Une discipline qui privilégie l’option politique mais qui restera toujours difficile à comprendre par ceux qui subissent les exactions au quotidien.



Le casse-tête de Kinshasa

 

      Malgré les avancées enregistrées à l’Est, la MONUC a semblé passive voire dépassée lors des deux affrontements ayant eu lieu à Kinshasa entre les forces de protection rapprochée de Jean-Pierre Bemba et la Garde présidentielle de Joseph Kabila, en août 2006 puis en mars 2007. Or, bien que le mandat de l’ONU s’applique en général à tout le territoire de la RDC, la situation qui prévaut à l’Ouest n’a que très peu de points communs avec celle de l’Est du pays.

 

 

      Par ailleurs, même si on estime que l’importance des dégâts collatéraux aurait dû actionner le mandat de protection de la MONUC, plusieurs éléments politiques, tactiques ou logistiques rendent toute action militaire sur le terrain peu probable :

 

 

      En revanche, les plus hauts responsables de la MONUC ainsi que plusieurs ambassadeurs concernés par le processus de paix ne se sont pas privés, à chaque reprise des combats, de rencontrer immédiatement les protagonistes, parfois au péril de leur propre sécurité, et de tenter, par la médiation ou les pressions, de faire cesser les affrontements. Enfin, l’absence de l’EUFOR[8] lors des affrontements de mars 2007, a privé l’ONU d’une force de dissuasion supplémentaire ainsi que de moyens logistiques[9] qui auraient sans doute permis des mesures préventives plus efficaces.

 


Un nouveau tournant ?

 

      Aujourd’hui, la MONUC est arrivée à un nouveau tournant. La réussite des élections, l’installation d’un président et d’un parlement démocratiquement élus, la formation d’un gouvernement jouissant d’une majorité parlementaire et d’institutions régionales représentatives devrait tourner la page de la transition et de la mise en œuvre des accords de paix. Malheureusement, deux grands chantiers sont loin d’être terminés : le processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) des anciens combattants et la réforme du secteur de sécurité (SSR en anglais). Or, de leur succès dépend la disparition complète des groupes armés dans l’Est du pays.

 

      Le 15 avril prochain, le Conseil de sécurité doit revoir le mandat de la MONUC pour assurer une nouvelle transition vers la consolidation de la paix. Beaucoup craignaient qu’elle s’accompagne d’une baisse significative du nombre de casques bleus et du budget de la mission. Plusieurs observateurs s’en sont émus et sont intervenus pour éviter ce qui, à leurs yeux, serait une énorme erreur. Parmi eux, Oxfam, souvent critique vis-à-vis des Nations unies, a diffusé un document de plaidoyer sous-titré : « Réduire trop tôt les troupes de la MONUC pourrait mener le Congo au désastre »[10]. L’International Crisis Group, un autre lobby très écouté de par le monde, les avait précédés en affirmant : « Les troupes de la MONUC devraient être maintenues autour des 17.000 hommes en 2007 et la réduction de ses brigades ne devrait commencer que lorsque des progrès importants auront été enregistrés dans la restauration de l’autorité de l’Etat, particulièrement en Ituri, dans les Kivus et au Katanga »[11]. Paradoxalement, les derniers événements de Kinshasa leur ont donné raison et on voit mal les membres du Conseil dégarnir les casques bleus au moins avant la fin de cette année.

 

      C’est d’ailleurs en substance ce que propose le Secrétaire général de l’ONU dans son dernier rapport sur la MONUC lorsqu’il met en garde : « Une réduction immédiate des troupes de la MONUC affaiblirait la capacité des FARDC et de la mission de maintenir une pression militaire sur les groupes armés subsistant en Ituri, dans les Kivus et au Katanga, retardant ainsi la pacification de ces régions »[12]. Et de suggérer qu’un nouveau mandat d’« après-transition » soit accordé à la mission onusienne « au moins » jusqu’au 31 décembre 2007 en gardant le niveau de casques bleus à 17.790 unités[13]. Si la recommandation de M. Ban Ki-Moon est suivie par le Conseil de Sécurité, cette année réservera sans doute à la MONUC d’autres occasions de tester ses actions robustes.


[1] Son nom complet est Laurent Nkunda Batware.

[2] Pour plus de détails, voir Willame, Jean-Claude, « Les faiseurs de paix au Congo », Collection « Les livres du GRIP » n° 288-289, GRIP/Complexe, Bruxelles, 2007, pp. 100-103.

[3] Voir Résolution 1565 du Conseil de Sécurité, S/RES/1565 (2004), 1er octobre 2004, Nations unies.

[4] Intitulé “Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’acte d’agression”, le chapitre VII prévoit que le Conseil de sécurité puisse autoriser des actions coercitives.

[5] Cammaert, Patrick C., « Contemporary UN Peace Operations: Problems and Opportunities », MONUC Force Review n°1, January 2007, p. 11.

[6] Ibidem, p. 7.

[7] Contrairement au brassage qui implique que les anciens rebelles intégrés dans la nouvelle armée nationale (FARDC) peuvent être affectés n’importe où dans le pays, le mixage ne s’effectue qu’au sein d’une même région.

[8] La Force de l’Union européenne au Congo s’était déployée à Kinshasa entre avril et novembre 2006.

[9] Notamment les drones (petits avions de reconnaissance sans pilote) déployés par la Belgique et qui permettait de localiser rapidement les rassemblements ou mouvements de foule suspects.

[10] « Un avenir fragile », Document d’information d’Oxfam n°97, Oxfam International, février 2007, 25 pages.

[11] « Congo : Staying Engaged after the Elections », Africa Briefing n°44, 9 janvier 2007, International Crisis Group, Nairobi/Brussels, p.2.

[12] « Twenty-third report of the Secretary-General on the United Nations Organization Mission in the Democratic Republic of the Congo », S/2007/156, Nations unies, 20 mars 2007, p. 12.

[13] Soit 17.030 soldats et 760 observateurs militaires. Ibidem p.19.


 

© 2007, GRIP • Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité
70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles - Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33
Internet :
www.grip.org - Courriel : admi@grip.org

La reproduction des informations contenues sur ce site est autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source et du nom de l'auteur.
Reproduction of information from this site is authorised, except for commercial purposes, provided the source and the name of the author are acknowledged.